Kaliningrad, la petite Russie d’Europe • Éditions Noir sur Blanc | 2020

160 photographies couleur et noir-blanc

Textes: Cédric Gras et Maik Brandenburg

L ovée entre la Pologne et la Lituanie, bordée par la mer Baltique, Kaliningrad oblast, la Région de Kaliningrad (anciennement Ostpreußen, la Prusse-Orientale), avec sa capitale Kaliningrad (anciennement Königsberg), est une enclave – sujet de la Fédération de Russie – au sein de l’Union européenne. Cet ouvrage photographique à quatre mains voudrait redonner sa place géographique, historique et humaine, à ce petit territoire attachant et par trop négligé des médias et donc, a fortiori, tenu à l’écart des itinéraires de voyage européens.

Dominique de Rivaz et Dmitri Leltschuk donnent à voir dans leurs photographies cette fascinante « petite Russie d’Europe », tiraillée entre passé et présent, entre Allemagne et Russie. Le regard du photographe biélorusse Dmitri Leltschuk est lui aussi curieux, vivant et bienveillant. Avec le journaliste Maik Brandenburg, il réalise un photoreportage qui fait la part belle aux habitants. Tous deux révèlent des facettes peu connues de Kaliningrad, tiraillée entre le passé et le présent, marquée par l’architecture gothique et la démesure soviétique. Un texte passionnant de Cédric Gras éclaire l’histoire et la géographie de cet « Extrême-Ouest », ce lieu pareil à nul autre qui constitue le point le plus occidental de l’empire russe.

L’ouvrage est diffusé en Suisse, France, Belgique et au Canada
Il peut être obtenu ou commandé chez votre libraire
À Berlin, le livre est disponible chez Zadig, librairie française
ISBN 9782882506627

© Elena  Masko

“KALININGRAD, FLOCON RUSSE SUR LA BALTIQUE
Au gré des quatre saisons, les images couleur de Dominique de Rivaz évoquent la complexité inhérente à cette enclave. L’œil se promène jusqu’à l’isthme de Courlande, péninsule de dunes longilignes se terminant en Lituanie ; dans le quartier mal famé de Baltraïon ; à Tilsit, ville devenue Sovietsk, connue pour son fromage aujourd’hui fabriqué en Suisse... À Kaliningrad, « le temps arrêté porte en lui le temps en marche », écrit Dominique de Rivaz. Une jolie manière de résumer l’enclave et son enchevêtrement d’enjeux souvent contradictoires.”

Le CourrierOctobre 2020

“UNE VIRÉE À KALININGRAD
À lire et à contempler, un magnifique et très intéressant ouvrage sur cette enclave russe à jamais marquée par son double passé. Kaliningrad, un endroit à nul autre pareil, à 600 km de Berlin. Dominique de Rivaz nous offre des clichés incroyables – de véritables témoignages – du livre qui vient de sortir aux Éditions Noir sur Blanc. Son travail étant complété par celui de son confrère biélorusse Dmitri Leltschuk, ainsi que par des textes de Maik Brandenburg et Cédric Gras. Notre conseil, allez-vous promenez à Kaliningrad à travers cet ouvrage qui sort vraiment des voyages ordinaires.”

Magazine GénérationsOctobre 2020

“CETTE PETITE RUSSIE TELLEMENT ALLEMANDE
Dominique de Rivaz est également une redoutable photographe, comme le montre Kaliningrad, l’ouvrage qu’elle cosigne avec le Biélorusse Dmitri Leltschuk. Elle a longuement photographié cette enclave russe.., en couleur, et immanquablement par ciel bleu; elle montre la vie quotidienne de ces Russes qui rêvent d’un Occident si proche - Berlin n’est qu’à 600 km. En noir et blanc au contraire, Dmitri Leltschuk montre une série de portraits au cordeau, parfois tragiques, parfois drôlissimes, qui instillent un doute: ont-ils été pris aujourd’hui ou il y a un demi-siècle?”

La GruyèreOctobre 2020

“KANT CHEZ LES SOVIETS
Arpenter Kaliningrad, comme l’ont fait appareil photo en main, Dmitri Leltschuk et Dominique de Rivaz, en noir et blanc pour le premier, en couleurs pour la seconde, avec un goût de contrastes intenses pour les deux, c’est voyager au payer du passé. C’est découvrir, comme un palimpseste, selon les mots de l’écrivain Iouri Bouïda - une matrice qui parlait d’une autre vie, d’un autre ordre des choses et d’une autre culture. ”

TransfugeNovembre 2020

“PASSÉ, PRÉSENT
Les images sont fortes, émouvantes pour certaines, emplies d’humanité toujours. Pour un peu, elles se passeraient de légendes, tant elles sont parlantes.”

VigousseNovembre 2020