flagge_deutschlandflagge_frankreich

 

 

Documentaires

 

Elégie pour un phare (2014)

Avec Élégie pour un phare, Dominique de Rivaz signe un essai cinématographique remarquable, inattendu, aussi intime par son abord qu'universel par son propos. Le hasard a amené la cinéaste à vivre un deuil dans le désert polaire de Choïna, quelque part dans le Grand Nord de la Russie.

Elle est en deuil. Son père vient de mourir. Dans un magazine glané dans un kiosque de gare une photographie l’interpelle. Il est dit que dans un hameau perdu du Grand Nord russe un phare va être éteint à jamais, et son gardien mis à pied. Sa tristesse s’incarne sans crier gare en ce double destin. Sans qu’elle-même ne comprenne encore pourquoi, elle sait, elle en est persuadée : ce sera là-bas, le lieu du deuil.



Scénario et réalisation: Dominique de Rivaz
Image et son: Dmitrij Leltschuk, Dominique de Rivaz
Montage image: Prune Jaillet
Montage son et mixage: Peter von Siebenthal
Etalonnage: Christoph Walther - Narratrice: Anna Martinella
Musique: Guy Klucevsek, Jonas Fischer, Chœur des moines du monastère de Chevetogne
Production: Louise Productions, Heinz Dill & Elisa Garbar
Coproduction: RTS, Radio Télévision Suisse, SSR, Arte G.E.I.E.
Avec le soutien de: Cineforom, Fondation Romande pour le Cinéma - Pro cinéma Berne, Direction de l’instruction publique, Office de la culture

www.louiseproductions.ch

 

Mon père, c'est un lion (Jean Rouch, pour mémoire)

Co-réalisation Dominique de Rivaz & Lionel Baier 2002 8'


JavaScript ist deaktiviert!
Um diese Inhalte anzuzeigen, benötigen Sie einen JavaScript-fähigen Browser.


Boules de B.

L’histoire de la ville de Berlin vue à travers une boule à neige.
2', vidéo, 1998.

JavaScript ist deaktiviert!
Um diese Inhalte anzuzeigen, benötigen Sie einen JavaScript-fähigen Browser.


Chère Jacqueline… Hommage à une grande Dame du Cinéma 2005 60’

Chère Jacqueline… Hommage à une grande dame du Cinéma est le portrait de la cinéaste suisse Jacqueline Veuve filmée par la réalisatrice Dominique de Rivaz.

Jacqueline Veuve est née dans les années 1930, dans la petite ville très provinciale et très conservatrice de Payerne. Pourquoi et comment est-elle devenue l’assistante de Jean Rouch au Musée de l’Homme, à Paris ? Comment a-t-elle osé brandir une caméra dans le fief éminemment masculin des réalisateurs suisses des années 1950-1960 ? Jacqueline Veuve est une pionnière. Elle est la première femme qui ait écrit des scénarios et tourné seule en Suisse romande.

Son travail de cinéaste, sa démarche d’ethnologue et la cohérence de son œuvre la place aux côtés d’un Richard Dindo, Erich Langjahr, Walter Marti, Reni Mertens… Elle mérite qu’on lui rende hommage ainsi qu’aux soixante-dix films qu’elle a réalisés et souvent produits.

Contemporaine de Tanner, de Goretta, du regretté Michel Soutter, Jacqueline Veuve a été un témoin actif de l’éclosion et des débuts de notre cinéma romand. Plus largement, elle a été l’observatrice minutieuse d’un demi-siècle de vie en notre pays. Ses observations, un jour, feront le bonheur et l’étonnement de nos descendants.

- Un portrait émouvant.
(Le Nouvelliste)

- Un bel hommage rendu à Jacqueline Veuve. Pourquoi toujours attendre la disparition d’une figure admirée pour lui rendre hommage ? C’est pour conjurer le sort que la cinéaste Dominique de Rivaz a filmé la grande dame du documentaire roman.
(La Liberté)

www.jacquelineveuve.ch/

JavaScript ist deaktiviert!
Um diese Inhalte anzuzeigen, benötigen Sie einen JavaScript-fähigen Browser.


Balade fribourgeoise    1997   50'

Coréalisation Jacqueline Veuve & Dominique de Rivaz

Porté par ses souvenirs, un armailli (Conrad Bapst) se promène entre passé et présent, entre images d’autrefois et images d’aujourd’hui, à travers les sept districts du canton de Fribourg. Depuis l’exposition de 1964, plus personne n’avait réalisé un film documentaire sur le canton de Fribourg. Hugo Corpataux, Jacqueline Veuve et Dominique de Rivaz ont relevé le défi. À l’exhaustivité pénible du documentaire, les deux réalisatrices ont préféré la partialité d’une fiction bien à elles.

- Documentaire et fiction, archives filmées et photographiques, passé et présent se mêlent dans cette balade où chante d’abord le plaisir de faire du cinéma.
(Claude Vallon, 24 heures)

- Balade fribourgeoiseun défi fabuleux et difficile, mêle la fiction et le documentaire, la poésie de Dominique de Rivaz la visionnaire et la rigueur de Jacqueline Veuve l’ethnologue.
(La Liberté)

www.disquesoffice.ch

JavaScript ist deaktiviert!
Um diese Inhalte anzuzeigen, benötigen Sie einen JavaScript-fähigen Browser.


Georges Borgeaud ou les bonheurs de l'écriture    1993   52'

C'est dans son pigeonnier austère, lumineux situé au hameau du Grès dans le sud-ouest de la France que l’écrivain Georges Borgeaud nous invite à partager ses souvenirs, ses amitiés, avec les plus grands peintres et écrivains du 20ème siècle. Avec son amour des choses simples et son sens de l'observation, il nous invite surtout à entrer dans son oeuvre.

- De l’aube au crépuscule, du puits au ciel, du Préau (1952) au Soleil sur Aubiac (1986), le film de Dominique de Rivaz suit la trajectoire d’une journée et d’une vie. Cinquante minutes de bonheur.
(Isabelle Martin, Samedi Littéraire du Journal de Genève)

- Cet accord entre un homme, une œuvre et un film qui les met en scène atteint une perfection presque enjouée avec le portrait de Georges Borgeaud (entretien : Frédéric Wandelère ; réalisation Dominique de Rivaz), film qui est à l’image de l’œuvre, d’une sensualité parfaite parce que intime et jamais provocante. Les plans, la lumière du film sont d’une qualité exceptionnelle, proches des tableaux de Georges de La Tour, que la vivacité et la gourmandise de Borgeaud animent avec humour et tendresse. De ce film, le spectateur conserve le sentiment d’avoir été invité à la rencontre d’œuvres littéraires et cinématographiques pleinement accordées à leurs sujets et à leurs moyens d’expression ; rien n’est imposé, tout est offert : c’est une belle leçon, retenue.
(Adrien Pasquali, 13 Etoiles)

- Durant cinquante minutes, la cinéaste, avec la complicité de Frédéric Wandelère (poète et professeur), elle nous convie à un entretien raffiné et bonhomme avec l’écrivain d’origine valaisanne, à l’adolescence vaudoise, installé à Paris dès après la Deuxième Guerre : Georges Borgeaud. La réalisatrice compose élégamment avec les balises obligées du film-portrait. Le film permet de transmettre la chaleureuse simplicité de Georges Borgeaud. L’usage du lieu n’est pas étranger à cet équilibre, les images du pigeonnier, des pierres, des lichens, font ricocher les mots et les idées. La photographie de Patrice Cologne dégage la juste sensualité qui les décolle d’un simple décor.
(Claude Champion, Le Temps)

www.artfilm.ch

Avec des études et des hommages d'Anne-Lise Delacrétaz, Christophe Gence, Philippe Jaccottet, Luciano Erba, Alain Lévêque, Jeanne Privat, Pierre-Alain Tâche, Florian Rodari, Jean Roudaut. Avec également la correspondance inédite de Charles-Albert Cingria et Georges Borgeaud éditée par Stéphanie Cudré-Mauroux. L'auteur du Voyage à l'étranger, de Soleil sur Aubiac et du Préau est mort il y a dix ans. Georges Borgeaud a laissé un fonds d'archives exceptionnel grâce auquel nous parvenons à mieux comprendre cet écrivain complexe et à saisir son importance en Suisse et en France, comme en témoigne le site internet qui lui a été consacré (www.georgesborgeaud.ch).La Fondation Calvignac et les Archives littéraires suisses se sont associées pour présenter dans ce livre une partie du trésor de ses archives.

Ainsi pouvons-nous montrer pour la première fois, tirées de l'immense correspondance inédite, quelques lettres de Chessex, Cingria, Claudel, Gracq, Paulhan, Supervielle, Roud. La correspondance Charles-Albert Cingria - Georges Borgeaud est intégralement publiée avec une annotation qui restitue le contexte de leur « turbulente » amitié. Une centaine d'illustrations inédites nous montrent Georges Borgeaud dans son univers, de son enfance malheureuse, de sa vie d'écrivain, entouré d'amis lettrés, de peintres et d'éditeurs. Une première biographie détaillée, d'une trentaine de pages, nous fait côtoyer un Borgeaud à la fois intime et inconnu.

Le livre contient un DVD avec le film Georges Borgeaud ou les bonheurs de l'écriture de Dominique de Rivaz, ainsi qu'un entretien inédit de plus de 90 minutes avec Frédéric Wandelère. Ouvrage édité par la Fondation Calvignac et les Archives littéraires suisses de la Bibliothèque nationale.

JavaScript ist deaktiviert!
Um diese Inhalte anzuzeigen, benötigen Sie einen JavaScript-fähigen Browser.


DESIGNSuisse    2006   12'

Martin Leuthold, designer textile et broderies

Le design suisse a une excellente réputation. La conception de l’utile et de l’esthétique repose sur une solide tradition qui ne cesse d’évoluer : les produits, les appareils et les marques jouissent d’une renommée internationale. DESIGNSuisse présente 25 designers et leurs créations actuelles au travers de documentaires, de photos et d’articles. Ils reflètent la diversité du design suisse.

Le designer saint-gallois Martin Leuthold a pour clients Armani, Hugo Boss, Chanel, Christian Dior, Jean Paul Gaultier, Christian Lacroix, Vivienne Westwood…

DVD: SRG SSR Idée Suisse

Publication:: Verlag Hochparterre / Scheidegger & Spiess

www.artfilm.ch

JavaScript ist deaktiviert!
Um diese Inhalte anzuzeigen, benötigen Sie einen JavaScript-fähigen Browser.